Objectif sport

Analyses et billets d'humeur de passionnés du sport

09 mai 2010

Aulas est las !

aulas_so_footLe moins que l'on puisse dire, c'est que Jean-Michel Aulas est un personnage atypique. Indiscutablement, il n'y a pas que l'OL qui lui doive beaucoup. Celui qui tutoie les présidents des grands Milan, Manchester ou Madrid, a fait faire un bond de géant au football national, au foot des clubs. On aime ou on n'aime pas, mais le style "JMA" est résolument moderne : ambitieux, un brin mégalomane, il dirige l'OL comme une grande entreprise. Et comme tout homme fort, il doit savoir faire pipi le plus loin. Mais comme il est aussi civilisé, plutôt que d'uriner sur les chaussures, il se sert régulièrement des médias pour accuser les instances, nationales ou européennes, d'être à la traîne ou de lui vouloir du mal. Défenseur auto-proclamé d'un football national ankylosé ou trop sage à son goût, il a pour philosophie une idée simple : ceux qui ne sont pas avec lui sont contre lui ; un peu rudimentaire, mais il faut reconnaître que c'est ainsi que va le monde.

Un poil excessif - peut-on tout mettre au crédit de la passion quand JMA enrage aux micros des journalistes à l'idée de perdre 20 millions ? -, le chevalier Aulas a démontré, hier soir, qu'il savait compter. Et qu'il avait aussi la mémoire courte. Sa colère dirigée contre les membres du corps arbitral ayant officié à Valenciennes est inversement proportionnelle à l'assurance et l'aplomb dont il a fait preuve face à Jean Fernandez, quatre jours auparavant, dans le couloir des vestiaires de Gerland.

Dans les deux cas, un pénalty litigieux : contre Auxerre, Cissokho tombe en cherchant la jambe de Pédretti et le sifflet retentit ; JMA sourit. Contre VA, Pujol laisse traîner la jambe et Lloris touche sa cheville ; JMA pleure. Une même controverse, deux attitudes diamétralement opposées.

Au vrai, la réaction de JMA me semble difficilement compréhensible car Lyon, même après un nul dans le Nord, reste maître de son destin. Il lui faut seulement remporter ses deux derniers matchs. Quelle mouche a donc piqué le patron ? Le moins que l'on puisse dire est qu'il y a, à Lyon, de la tension et que les mots lâchés par Aulas il y a quelques jours n'étaient peut-être pas si rassurants. La pression des chiffres est réelle et les doutes sur les options sportives lui font perdre son sang froid reptilien comme sa lucidité.

2009_09_30_aulas_puel

Le club de Lyon est plus déstabilisé qu'il n'y paraît. Dans le bureau du président Aulas, l'atmosphère est devenue bien lourde. N'y négocierait-on pas, actuellement, le départ de Puel ?

Posté par charlesnda à 14:30 - Football - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • dans la logique aulassienne,
    m'est avis que c'est une tentative pour obtenir, par cette pression exercée, un arbitrage plus favorable lors des deux prochains matchs.
    Quasiment du Archimède dans le texte !

    Posté par ramondiaz, 09 mai 2010 à 19:45

Poster un commentaire